Trouver la bonne assurance pour son prêt immobilier



Vous avez un projet immobilier qui est en train de se concrétiser ?



Afin d'optimiser au mieux votre demande de prêt, sachez que les assurances du prêt immobilier ne sont pas obligatoires mais fortement conseillées et souvent exigées par les organismes prêteurs.

Pourquoi contracter une assurance prêt immobilier ?



Une assurance prêt immobilier vous protège et protège l'organisme prêteur contre les risques de la vie (décès, invalidité, incapacité et perte d'emploi). Depuis le 1er septembre 2010, la loi dite « Lagarde » vous donne la possibilité de comparer les offres d'assurance qui vous sont proposées, avec les mêmes garanties, et de choisir l'établissement qui vous assurera librement.
Lors de la demande de prêt immobilier, les choses s'accélèrent et vous avez souvent l'impression de manquer de temps pour prendre votre décision. Ne paniquez pas ! Avec la loi Hamon, depuis le 26 juillet 2014, un délai d'un an vous est accordé si vous voulez résilier le contrat d'assurance pour en choisir un, plus avantageux à compter de la date de début de contrat. En 2016, la loi Sapin 2 améliore le principe et permet de résilier tous les ans.

Il suffira d'envoyer en lettre recommandé, votre demande de résiliation au moins 15 jours avant le terme des 1 an.


La convention "AERAS"



A noter, un questionnaire médical devra être complété afin de déterminer votre état de santé présent, passé et futur. C'est donc une évaluation des risques qui générera des surprimes ou pas sur l'assurance de base.
Attention, si vous omettez des informations cela pourra avoir des conséquences sur le contrat et même, la nullité de celui-ci.
Néanmoins, il faut savoir qu'il existe la convention AERAS; laquelle a été mise en place en faveur des personnes souffrant ou ayant souffert de problèmes de santé.
Des conditions sont à remplir pour en bénéficier, sinon le questionnaire médical devra être rempli : la durée maximale du prêt est de 4 ans au plus et vous devez avoir 50 ans maximum, au moment du dépôt de la demande.
Enfin, une déclaration sur l'honneur doit être rédigée pour attester que vous ne cumulez pas un ou plusieurs prêts au-delà du plafond de 17 000 €.
Cette convention admet, également, un droit à l'oubli pour les anciens malades dont le traitement est terminé depuis 15 ans minimum. Donc, pas de surprime, ni d'exclusion et aucune obligation de le mentionner pour le contrat.

Un prêt à deux



Enfin, à ne pas négliger, la répartition entre les 2 emprunteurs.
En fonction de votre situation personnelle et professionnelle, il est judicieux d'appliquer une répartition juste entre les 2 cocontractants. Par exemple, Monsieur à 70% sur sa tête et Madame à 30%.


Ce qui signifie que si Monsieur décède, Madame remboursera 30% et inversement. Ceci permet de préserver la personne survivante et d'économiser sur les assurances au lieu de cotiser à 100% sur chacun. C'est un point à étudier sérieusement !
.

ch be lu ca